philippe chevrinais

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti, Philippe Chevrinais

Philippe Chevrinais, qui vit à Trentemoult, est dans une autre démarche artistique. Depuis 2004, cet ancien des Beaux-Arts fait partie des rares plasticiens en France à investir l’espace public en pratiquant ce que l’on appelle le « reverse graffiti » (« graffiti soustractif ») ou le « clean graffiti ». En toute simplicité autour d’un café, il explique cette technique vieille comme le monde : il s’agit d’enlever la saleté sur les murs ou autres surfaces, comme on dessine un bonhomme sur la vitre sale d’une voiture. Là, Philippe Chevrinais soumet un pochoir au karcher pour faire apparaître un personnage ou un motif sur le mur.