Rezé

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Le gigantesque terrain des Abattoirs, à Rezé, restera dans toutes les mémoires. Sur ce site industriel de plus de 10 hectares, le graffiti a fait loi jusqu'à la démolition des lieux. De loin, on voyait une multitude de tags et de graffs sur les façades extérieures et les toits des bâtiments. A l’intérieur, certaines salles étaient inaccessibles, car trop obscures ou dangereuses. D’autres, immenses, laissaient passer la lumière naturelle et accueillaient tags, graffs, inscriptions, quelques pochoirs et collages, aux rez-de-chaussée et sur tous les étages. Visite des lieux.

 

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Restée à l’abandon depuis le transfert des Abattoirs en 2002, la friche industrielle de Rezé a longtemps marqué le paysage. Recouverts de graffs et de tags, les bâtiments délabrés attiraient l'attention des passants et automobilistes. Jusqu'à leur démolition en 2015, les lieux ont été régulièrement fréquentés pas les graffeurs aussi bien que par des promeneurs curieux. Dernier retour en images sur ce site qui restera dans la mémoire collective du graffiti à Nantes.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Du côté de Rezé, au bout du quai Léon Sécher, au bord de la Sèvre, les piliers du pont des Bourdonnières sont également remplis de couleurs. Mis à disposition par l’Association rezéenne pour l’enfance et la jeunesse (Arpej) en avril 2008, ils sont « une façon de valoriser cet art de rue, souvent pratiqué dans les tunnels et les terrains vagues ». L’occasion de se promener dans la nature et d’avoir de jolies surprises en découvrant des peintures.