nantes street art

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Une jam. Tous les graffeurs savent de quoi il s’agit, les musiciens aussi qui, dans d’autres termes, font “un boeuf”, une séance musicale improvisée. Là, c’est le nom donné à une manifestation qui rassemble des artistes de tous horizons devant un mur. Sur un thème et des couleurs précises, tous sont invités à mélanger leurs styles, souvent pendant plusieurs jours, le temps qu’une fresque prenne forme.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti, pochoirs

La première jam importante a eu lieu en mai 2003 à l’initiative des B2M, boulevard de Chantenay, sur un mur de plus de 550 m2 qui porte encore les traces de ce passage. 60 graffeurs venant d’un peu partout (Nantes, la Roche/Yon, Angers, Rennes, Brest, Bordeaux, Paris...) y ont participé sur le thème “Battle-Fight”, avec des teintes de bleu sur fond jaune. Des graffeurs réputés comme Onde, Honda et Hobz (du collectif TBRDSGN) et Sane2 étaient aussi au rendez-vous de cette session qui a fait date.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Du côté de la gare sud, le mur de la rue Marcel Paul porte encore les traces de la jam qui a rassemblé de nombreux graffeurs nantais ou venus d'ailleurs : Aise, Raysin, Meyer, Noase, Ome, Gutter, Popay, Repaze, Moon, Nasher, Nath, Moon, Otar, Averi, Jame, Ensu, Web's, Miser... Aujourd'hui, le mur est en partie détruit mais il reste encore quelques graffs anciens.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Sous le pont Magellan, la fresque réalisée lors de la jam de 2007, qui a rassemblé les graffeurs Mokë, LKSIR, Nikodio, Rengaw, Pimp, Kibitz et Mach, est toujours là. Sur le thème du petit-déjeuner, leurs graffs sont toujours présents, entre personnages et lettrages.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

En 2011, des graffeurs se sont retrouvés avenue de la gare de Saint-Joseph, près de la Beaujoire et d'Halvêque, pour une jam. Etaient présents Persu, Poire, Orphée, Zoer, Kryo, Lez, Dash, Soem, Pedro, Smoka, Otar, Benoa... et bien d'autres. Aujourd'hui encore, le grand mur conserve le souvenir de leurs peintures.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Des jams sont régulièrement organisées du côté de la Beaujoire, à La Halvêque, sur les murs d'un petit chemin qui longe le périphérique. C'est là que les graffeurs se retrouvent régulièrement pour peindre, en individuel ou en collectif, comme ici en 2012. Avec Ador, Korsé, Persu, Aise, Smoka, Smerf, Burial, Pedro, Wise...

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Du 19 au 22 octobre 2011, une fresque de 60 m2 a été réalisée dans le quartier Pin Sec, square A. Fresnel. Au programme : Pedro (Nantes, 100 Pression), Derlon (Recife, Brésil) et le célèbre Seth (Paris, France). Les trois ont peint ensemble, à l'occasion de l’événement "Nantes Graff Round Trip" organisé lors du "Temps Fort Cosmopolis, Itinéraires artistiques". Leur travail est toujours visible.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

En juin 2013, les graffeurs Ador, Sémor et Korsé ont rassemblé leurs pratiques à l'occasion d'une immense fresque peinte sur le mur de La Fabrique, à deux pas du chat de Kazy, sur l'île de Nantes. Cette peinture pleine de détails est toujours visible et ne manque pas de susciter intérêt et admiration.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Sur l'île de Nantes, près du hangar à bananes, juste en face de la Cantine du Voyage à Nantes, une fresque a été réalisée en 2015 sur un mur appartenant au port autonome. Le studio Katra, chargé de piloter cette œuvre, a fait appel au graffeur Ador, qui a travaillé avec une dizaine d’élèves du lycée La Joliverie. Intitulée « La Fresqu’île de Nantes », cette fresque collective évoque le passé et le futur de la Ville. Elle est toujours visible.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Un gigantesque chat, un gros chien, un coeur et des tuyauteries, une grande parade avec des chefs mécaniciens, un Père Noël, des chevaux, des oiseaux et des rats, des bateaux et engins portuaires, une mongolfière avec des machines volantes… Une étonnante “machine graffiti” s’est déployée dans les rues de Nantes le temps d’un été, dans une “ville renversée par l’art” par “Le Voyage à Nantes”.

Du 15 juin au 19 août 2012, Pick'Up Production et l’association “Plus de Couleurs" ont eu carte blanche pour initier un parcours graffiti dans la ville. Ambition affichée : “faire de Nantes une ville emblématique du graffiti et plus globalement de la culture street art”.