mots

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

« Mur, je suis surpris que tu ne te sois pas effondré sous le poids des bêtises de tous ceux qui ont écrit sur toi ! » Cette inscription retrouvée à Pompéi date de 2000 ans. Encore d’actualité, elle fait sourire et reflète aujourd’hui encore une réalité : les murs parlent et racontent parfois n’importe quoi !

Il suffit d’aller dans le centre-ville, de se promener du côté des facultés, des collèges et lycées, dans les quartiers, les usines abandonnées, sans oublier de jeter un œil dans les toilettes des bars. Les latrines du Lieu Unique sont par exemple particulièrement source d’inspiration, tant du côté des messieurs que des dames !

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

D’autres inscriptions, en français ou en anglais, donnent à lire des extraits de chansons, de poèmes, des citations. Ou sortent droit du cœur : les mots d’amour, les « Je t’aime » et « I love you », se comptent à la pelle ! Des messages personnels, parfois avec de grosses fautes d’orthographe, apparaissent aussi régulièrement sur les murs : « Je voudrais vivre dans une comédie musicale », « On a frôlé la vie », « Guillaume, trouves donc quelqu’un de confiance pour tes clés », « Holà amigo, à la revoyure »…

Certains se veulent humoristiques : « Ceci n’est pas la ville de Nantes », « Inspect her gadget », « Peace love and Mickey mouse », « Le sens de l’humeur », « Je cours plus vite que vous », « Oh ! Le beau mur… », « On se pose on compose on se décompose, amen »…