graff

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti, pochoirs

Co-organisateur de Villa Occupada, l'artiste nantais Kazyus Clef, alias Kazy, a présenté une installation étonnante lors de cette exposition. Le travail d'illustration de Mioshe, jeune artiste rennais, membre des B2M, n'a pas laissé indifférent non plus, avec une multitude de personnages étranges donnés à voir dans le détail. Retour en images.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

En 2015, pour la quatrième année consécutive, Pick Up Production a proposé un projet original dédié au graffiti, intitulé Asie Riderz et organisé dans le cadre du Voyage à Nantes, en collaboration avec l'artiste nantais Kazy (Usclef). Après l’Amérique Latine en 2014 (Villa Ocupada), c’est l’Asie qui était invitée à travers dix artistes originaires du Japon, de Chine, d’Inde mais aussi de France. A cette occasion, la péniche "La Lorraine", réhabilitée aux chantiers de l'Esclain, a été conduite dans le bassin Saint-Félix, à deux pas du Lieu Unique.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Evénement institutionnel, “Over the Wall” n’a pas forcément été du goût de tous les graffeurs nantais. Certains, pourtant fort talentueux, n’ont pas eu le droit de s’exprimer sur les murs, car non invités. Qu’à cela ne tienne, ils l’ont pris et ont lancé un “Off”, baptisé “Le Virage à Nantes”.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

En 2013, les Nantais ont pu apercevoir des affiches placardées dans toute la ville, indiquant la venue du groupe Tri Yann à un festival des opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Il s'agissait bien évidemment d'une blague du Virage à Nantes ! 150 fausses affiches ont ainsi été collées d'un lieu à un autre, de l'île de Nantes au centre-ville créant confusion et amusement !

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

S’il n’y a pas (encore) eu d’équivalent à « Bomb’Art » en 1991, plusieurs expositions se sont succédé à Nantes depuis, essentiellement organisées par des artistes de street art, des associations et des collectifs de graffeurs.

En 2004, les membres de Dixstyles ont ainsi invité le public à « Hot Pression » à l’Espace Pebroc, boutique bien connue des graffeurs. La même année, les locaux d’Artik à Rezé ont accueilli Deuce et Raisin des B2M pour « Orange Vestorik », une interprétation du film « Orange Mécanique » de Stanley Kubrick. A l’occasion du festival Breack Up, Pick’Up Production a fait un état des lieux du hip-hop nantais lors d’« Hit Optimist », à Pol’n.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

"Quand on arrive en ville". C'est le nom donné à une exposition de plein air qui s'est tenue sur le cours des 50 Otages.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

En 2011, lors du festival Hip’OPsession, les artistes Shure, l’Efaser, Persu, Kazy, The Postman Quartet, Rap UV TKP et Samuel Boche ont été invités à livrer leur vision du paysage ferrovière lors de « La vie déraille ». Tags, peintures, sérigraphies et photos ont envahi les murs de L’Atelier, métamorphosé par cet univers de rails, trains, hobos et cheminots.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Fin 2011, le Lieu Unique a accueilli «Faire le mur», exposition organisée par le Lieu Unique et le MuCEM (Musée national des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), qui a ouvert en 2013 à Marseille et accueille une collection graffiti à partir du travail de l’anthropolgue Claire Calogirou. En avant-première, des œuvres et une centaine d’objets de ce musée ont été présentées à Nantes : toiles de graffeurs internationaux, cabines téléphoniques, boîte aux lettres venue de Marseille avec tags et stickers, rampe de skate-board graffée lors d’un festival à Montpellier, panneau de chantier récupéré à Paris et containers (abritant vêtements, bombes aérosols, livres…) se sont côtoyés pendant deux mois sur 1200 m2.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

En collaboration avec Gasface, l'association Pick Up production a proposé une exposition inédite sur la culture hip hop, en 2012 au Conseil général de Nantes. Au programme : un coup d’œil dans le rétro de ces trente dernières années et une mise en lumière des grands épisodes de cette épopée urbaine. Destinée aux néophytes comme aux passionnés, « HIP HOP, l’agenda secret d’une révolution culturelle » a pris le parti de décloisonner les disciplines (musique, danse, graff) pour proposer un regard nouveau et global sur cette culture foisonnante et universelle. A cette occasion, Kazy a présenté plusieurs tableaux tandis que Smoka a peint une fresque, présentée à l'entrée de l'Hôtel du Département.

 

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Le graffeur Korsé est une habitué des expositions en solo, d'un bar à un autre, en passant par des festivals et des lieux associatifs. L'occasion de découvrir son univers sur des toiles, avec un bestiaire et des personnages bizarres ! Exemple ici avec une exposition réalisée en 2012 dans un café de Rezé.