Dirti

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

De Jiem, on en arrive à Dirti, que l’on croise enfin, après en avoir tellement entendu parlé et vu ses peintures dans de nombreux terrains. Avec lui, le monde du graffiti nantais s’ouvre davantage même si on a l’impression qu’on n’en verra jamais le bout ! On comprend surtout qu’il n’y a pas une histoire mais des histoires multiples, individuelles et collectives. On écoute, on prend des notes, on essaye de retenir les grandes lignes. Et même si l’on ne partage pas son amour du ballon rond, on s’intéresse à « Tribune Loire », groupe créé par des graffeurs passionnés de football. Alors on comprend mieux d’où sortent ces peintures en vert et jaune, comme les canaris !

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Membre de divers crews, Dirti fait notamment partie des B2M. Avec patience, il raconte et pioche dans sa collection de photos. On s’y plonge avec plaisir et l’on reste bouche bée devant certaines fresques. Là encore, on se réjouit de pouvoir enfin mettre un nom sous les incroyables personnages de Ryngar, Raysin, Mioshe, Deuce, Erza, Otar, Jame, Mishel, Barry ou Nath. L’impression est forte face au travail de cette équipe aujourd’hui dispersée entre Paris et Montréal via Toulouse, Angers, Le Mans, Quimper, Rennes, La Roche-sur-Yon et Nantes.