artistes

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti, Roger Dimanche

Parmi les collages, pochoirs, affiches, autocollants…, certains retiennent davantage l’attention que d’autres : qualité du travail, pertinence, originalité, omniprésence. Des artistes de rue ne font qu’un court passage sur les murs puis disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus. D’autres s’inscrivent dans la durée. On finit par les repérer, les chercher, les croiser. Et c’est ainsi que des rencontres se font.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti, The Postman Quartet

« Livreur d’images », The Postman Quartet est incontournable dans le paysage nantais. Ses collages, mais surtout ses stickers, sont partout ! Depuis dix ans, il arpente la ville pour y diffuser une « publicité » qui n’a rien à vendre, incroyable ! En couleur ou en noir et blanc, de toutes tailles, ses autocollants et ses affiches vivent souvent de longs mois. On en voit régulièrement sur divers supports : murs, panneaux d’affichage, gouttières, boîtes aux lettres, poubelles, armoires EDF, poteaux… L’occasion de croiser un facteur et des majorettes en papier, d’entrer dans le monde de la fête foraine et des carrousels, de découvrir le vélocipède sous toutes ses facettes ou de prendre le train sur des stickers.

sarah, guilbaud, nantes, streetart, graffiti

Jef Aérosol n’est pas le seul parmi ces « artistes de passage » : Poch, Tristan des Limbes, Fred Le Chevalier, Nine Antico, DS, GLC, Karton, Oré, Pole Ka, Damien Paul Gal, Madame Moustache… se sont aussi arrêtés dans la ville. C’est également le cas de Tian, qui évolue entre art contemporain et art urbain.