Meyer

Membre du crew OOC dont il est co-fondateur, Meyer est aussi un graffeur nantais dont on entend parler. Depuis 1998, les murs n'ont plus de secrets pour lui, le graff non plus. Son style bien à lui, qu'il décline entre tags, flops, blocs ou pièces pleines de couleurs, produit une forte impression. Ses lettrages, et parfois des personnages, invitent ainsi dans un univers particulier, qui ne laisse pas insensible. Précisions.

 

"Paradoxalement, c’est en arrivant à Annecy en 1998, que, saisi par la virginité de mon nouvel environnement, j’ai pris conscience que ma jeunesse en Ile de France avait baigné dans le graffiti. Stimulé par mes souvenirs parisiens et par l’effervescence de la scène genèvoise, je me suis mis à déflorer la ville avec mon ami Tom.

En 1999, nouveau déménagement, j’ai découvert à Nantes une scène motivante avec un gros niveau dans tous les domaines. Plus tard, j’ai fondé le crew OOC avec Wizer, Just et Mache où la seule contrainte imposée était la liberté. Pendant que la mode était au recyclage des classiques new-yorkais, nous nous sommes trouvés des points communs avec la scène émergente en Europe de l’Est : absences de règles et de codes préétablis, expérimentation, instinctivité.

Toutes les disciplines du graffiti me motivent et je pratique aussi bien le tag, le flop, le bloc ou les pièces couleurs. Ecrire mon nom sous toutes ses formes est mon leitmotiv. Au gré des années et des rencontres, avec Arnem et Moner notamment, j’ai revisité les bases du graffiti pour les mixer avec mes propres codes. Un mix improbable entre la naïveté d’un panel polonais et la force d’un wild style new yorkais.

Mon style reste marqué par cette dualité : la réflexion et l’instinct, la finesse et la brutalité, le meilleur et le pire."

Meyer