Des couleurs dans la ville

Une jam. Tous les graffeurs savent de quoi il s’agit, les musiciens aussi qui, dans d’autres termes, font “un boeuf”, une séance musicale improvisée. Là, c’est le nom donné à une manifestation qui rassemble des artistes de tous horizons devant un mur. Sur un thème et des couleurs précises, tous sont invités à mélanger leurs styles, souvent pendant plusieurs jours, le temps qu’une fresque prenne forme.

A Nantes, plusieurs jams ont été organisées, la première en mai 2003 à l’initiative des B2M, boulevard de Chantenay, sur un mur de plus de 550 m2 qui porte encore les traces de ce passage. 60 graffeurs venant d’un peu partout (Nantes, la Roche/Yon, Angers, Rennes, Brest, Bordeaux, Paris...) y ont participé sur le thème “Battle-Fight”, avec des teintes de bleu sur fond jaune. Des graffeurs réputés comme Onde, Honda et Hobz (du collectif TBRDSGN) et Sane2 étaient aussi au rendez-vous de cette session qui a fait date ! Les bons souvenirs et les anecdotes ne manquent pas !

D’autres rencontres ont suivi, à la Fonderie Beaulieu, sur le mur de la rue Marcel Paul (gare sud) avec Popay, sous le pont du boulevard Magellan en 2007 (le fameux “breakfast” peint par Mokë, Lksir, Nikidio, Rengaw, Pim, Kibitz et Mache), à la Haluchère (avec les Moker, les CSX, le parisien Orphée, les Nantais Persu, Pedro, Sémor…), etc !

Des fresques, organisées lors de festivals ou commandées par la Ville, révèlent aussi bien des talents, donnent des couleurs aux murs du centre et des quartiers, présentent souvent de chouettes oeuvres !

Ajouter un commentaire